Rencontre avec François Rage et Serge Fabbro

Quelle mobilité en ville pour demain ?

Premier épisode de la saison 3 des rencontres de la résilience, dédiées à la question de la mobilité le vendredi 7 mai 2021. Sur le gril, François Rage, maire de Cournon et vice-président de Clermont Métropole en charge de la mobilité, président du SMTC, et Serge Fabbro, président de l’association Vélocité63, qui milite pour la place du vélo dans les modes de transport.

Pendant plus d’une heure ils ont répondu à nos questions, puis à celles du public, autour du développement des enjeux de la mobilité des particuliers en ville, analysés par le prisme de la résilience territoriale et de la transition écologique.

François Rage rencontres de la Résilience sur la mobilité urbaine
Serge Fabbro rencontres de la Résilience sur la mobilité urbaine

La synthèse : penser une nouvelle répartition de l'espace public

La thématique de la mobilité des particuliers en ville est importante car c’est de loin le plus gros impact environnemental dans le domaine de la mobilité. L’angle c’est les alternatives à la voiture, pas pour remplacer la voiture mais répondre à l’ »autosolisme », qui est un problème mondial. Comment d’autres modes de transport peuvent être mis en place : transport en commun, vélo… Et surtout comment les mettre en place et quelle place pour la voiture dans cette nouvelle configuration.

Serge Fabbro 

Il doit y avoir des complémentarités entre les infrastructures, qui sont des éléments importants pour les usagers, les fondations d’un système vélo. Après il faut de la formation, pour accompagner les gens à se remettre en selle et à avoir une pratique de la ville (aide à trouver meilleur itinéraire, des vélos adaptés, des moyens de les entretenir…). Il y a des espaces à partager avec les autres usagers et là il faut une cohabitation harmonieuse et là il faut de la discussion et de la réglementation.

François Rage

Cette approche de système ne doit pas se limiter au vélo. La question de l’éducation est importante, beaucoup de personnes n’osent pas prendre les transports en commun car elles ne savent pas lire, ont peur de se perdre… D’où l’importance de la communication et de l’information voyageurs. Le PDU propose une nouvelle répartition de l’espace public, et si on veut que tout le monde trouve sa place, il ne faut pas seulement mettre des infrastructures en place mais un élan et une dynamique, du service…

Serge Fabbro

La sédentarité est un mal du siècle et l’auto en est sans doute l’une des raisons. Nous, nous développons l’argument santé pour utiliser le vélo. La ville peut devenir une « salle de sport ». Le vélo à assistance électrique reste une activité physique, et c’est bien que le vélo puisse avoir cet argument en plus de celui d’être non polluant.<:p>

François Rage

 

Le CHU fait un travail pointu sur la sédentarité et la santé. C’est un angle sur lequel on pourrait se distinguer. En plus de la réflexion mobilité/urbanisme. On est à l’interface de plusieurs politiques publiques. On peut remodeler la ville en pensant mobilité et multipolarité. A Cournon, on travaille sur l’économie, les endroits où on va mettre les emplois, les questions de la santé… quand on travaille sur la mobilité. Cela peut permettre de redessiner la ville, donner du sens et de la cohérence à travers une approche de mobilité durable.

Serge Fabbro

Nous travaillons comme un réseau de transport en commun avec des lignes radiales, et parfois transversales, pour pouvoir se déplacer rapidement. Un réseau express vélo qui donne les temps de parcours. Les tracés les plus importants ne sont pas encore présents, mais on espère que ça va venir, pour que la solution vélo devienne évidente. Passer du « pourquoi » j’irais sur un vélo au « comment ». On veut que le réseau soit abouti en 2026.

François Rage

Il y a une vraie volonté politique de le faire, avec un vice-président chargé de cette question. Mais il y a eu des difficultés liées au changement de statut et au passage en métropole, avec quelques lourdeurs. Aujourd’hui la volonté politique est là, les sommes ont été budgétées. La première ligne prévue devrait relier Clermont à Cournon. Le problème est qu’on part de loin, il n’y a pas de tradition de vélo ici, contrairement à d’autres villes. Et le manque d’infrastructures est criant pour le moment. Il faut maintenant mettre en œuvre le schéma tel qu’il a été établi.

Serge Fabbro

Le vélo connaît un gros engouement en ce moment, il y a une pénurie de vélos. Et surtout il y a le développement du Vélo à assistance électrique qui va permettre de développer encore plus la pratique du vélo. 50 à 60 % des gens qui viennent au VAE viennent de la voiture.

Serge Fabbro

Du point de vue urbanisme les PLU imposent de créer des garages à vélo pour les nouvelles constructions. Pour les constructions plus anciennes il y a des programmes comme alvéole, qui permet de financer des garages à vélo sécurisés. Le plus important serait maintenant d’en créer sur le domaine public, pour sécuriser les vélo pendant qu’on fait nos activités. C’est une vraie problématique, d’autant que la valeur des vélos est importante, en particulier les VAE.

François Rage

 : Cvélo correspond à un type de besoin particulier, de station à station, et il a trouvé son public. Pour les stationnements nous changeons de délégataires pour ces vélos, et on a intégré au contrat le fait que ce délégataire puisse installer des endroits pour qu’on puisse garer les vélos. Et on augmente les vélos à location longue durée, en particulier VAE, pour trouver un autre public, leur faire goûter à la chose et les faire passer à l’étape suivante qui est l’achat. Pour cela on a délibéré sur une prime pour l’achat d’un VAE qui s’ajoute à celle de l’État.

François Rage

 Le réseau clermontois date de 20 ans et n’est pas vraiment adapté. Il faut restructurer l’ensemble du réseau pour desservir les lieux et les quartiers mal desservis. On va s’appuyer sur le tram et deux lignes de bus à haut niveau de service qui vont vraiment sortir de Clermont pour prendre en compte la métropole. Ils auront une grosse fréquence, toutes les 6 à 8 minutes, comme le tram, de la régularité avec leur voie réservée. Autour de ça on va tout réorganiser : passer de 32 millions à près de 50 millions de voyageurs à horizon 2035.

On a demandé aux constructeurs 0 émission, on est plutôt sur de l’énergie électrique, avec une recharge rapide en bout de ligne, et totale en dépôt. Et l’objectif est que ce dépôt produise au moins 50 % de l’énergie nécessaire pour faire rouler les bus, et le reste acheté en local. On a considéré que l’hydrogène n’était pas encore assez stabilisé pour pouvoir l’utiliser.

Il y a 29km de voies prévues, accompagnées de 27km de voies cyclables qui seront en parallèle. C’est un vrai projet de mobilité et un projet urbain. Et enfin un projet social car on va enfin desservir l’ensemble des quartiers de la ville.

Serge Fabbro

 :

Inspire va recomposer l’espace public autour de la voie, mais on l’espère aussi au-delà avec des ramifications. Ces pistes vont permettre des rabattements et de circuler plus facilement d’un quartier à un autre. Cela répond aussi à une ville qui est beaucoup plus agréable à vivre.

Serge Fabbro

Chaque automobiliste est forcément un piéton, on devrait les avoir comme alliés. Nous cyclistes on essaie de défendre les piétons car on peut avoir des espaces partagés, même si ce n’est pas toujours facile. Mais on se fait fort d’essayer de défendre les piétons pour qu’il y ait un rééquilibrage de l’espace public, où il y a beaucoup de place prise par les automobiles.

François Rage

Il y a un vrai enjeu autour des écoles, sur l’interdiction de circuler vers les écoles au moment des entrées et des sorties, pour obliger à se garer plus loin, à changer de mobilité. C’est un changement culturel à réaliser par rapport à ces questions, cela peut être un vrai levier pour développer la mobilité pédestre. Pour faire un km il faut moins de 10’.

Le podcast

Pour aller plus loin

Ressources

Les chiffres qui ont été présentés au début de la conférence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *